Emplacement à louer
CARNASSIERS : TEMPERATURE ET COULEUR DE L’EAU                   
Rechercher avec Google
   Abc-peche.com
   Regisgerard.com
   Carpe.biz
   Carnassiers.biz
   Mouche.biz
   Peche-au-coup.biz
   Truite.biz  
 
En kiosque






Observer la nature avant d’agir, n’est pas du temps perdu, bien au contraire. Car l’activité alimentaire des carnassiers dépend entre autre des conditions de l’eau, sa température, son niveau et sa couleur !

flotteur coulissant La température de l’eau
Elle dépend bien sûr du soleil, de la pluie et du vent mais aussi et surtout de la température de l’air. En rivière, à cause du brassage de l’eau, la température de l’eau est plus ou moins uniforme dans toutes les couches. Quand arrive le printemps, la plupart des carnassiers entrent dans les reculés et les bras morts pour s’y reproduire car l’eau y est plus chaude, mais le reste de l’année, ils sont contraints à s’adapter à l’évolution des températures. Lorsque celle-ci est lente, tout se passe relativement bien. Les choses se compliquent lors des brusques changements. Ainsi après une baisse rapide, il convient d’attendre souvent deux ou trois jours avant que les carnassiers recommencent à s’alimenter.
En lac et en eau close en général, la température de l’eau s’échelonne assez régulièrement entre la surface et le fond. Ainsi en été, l’eau de surface atteint fréquemment 20° tandis que 20 m plus bas, elle dépasse rarement les 10°. En hiver, c’est l’inverse ! L’eau du lac gelée en surface, peut se maintenir cependant à une température de 10° vingt mètres plus bas.
Grâce à des régulières prises de température, il s’avère que la zone la plus favorable pour la majorité des carnassiers se situe à une température comprise entre 13° et 16° et ce quelle que soit la saison. Contrairement aux habitudes qu’on leur prête, les sandres par exemple sont capables pour des raisons de confort thermique de s’installer au milieu du nulle part, entre deux eaux.

Le niveau de l’eau
Tous les carnassiers et tout particulièrement le sandre, ressentent la fluctuation du niveau des eaux. Quand elles baissent rapidement, ils rejoignent sans tarder les postes profonds en se rapprochant le plus possible, tête au courant, des principales arrivées d’eau. En lac, on les retrouve dans l’ancien lit de la rivière, souvent noyé lors de la mise en eau.
C’est en rivières et fleuves lors des montées d’eau, crues printanières ou automnales, que les carnassiers semblent redoubler d’activité tout en s’approchant des berges. Plus l’eau monte, plus les concentrations de poissons deviennent importantes, proportionnellement au nombre de refuges qui, eux, diminuent. La promiscuité des lieux ainsi qu’une abondance de proies créent dans les premiers jours et dès que le niveau d’eau stagne à son plus haut, une activité exceptionnelle..

Tous les carnassiers à l’exception du brochet, semblent préférer les eaux teintées aux eaux claires dans lesquelles ils cherchent toujours à se camoufler et à s’intégrer au mieux dans les obstacles. Il semble également que l’eau piquée ou sale, leur fait perdre toute prudence et les incite, surtout le sandre, à de grands déplacements à la recherche de nourriture. Le brochet lui, au contraire, est surtout actif par eau claire. Dès qu’elle devient marron, il ne s’alimente plus !

Emplacement à louer

© 2002 abc-peche.com | Droits réservés | Contact Fr | Mentions légales
Un site du groupe WWW.REGISGERARD.COM