Emplacement à louer
CHOISIR SON POISSON NAGEUR                   
Rechercher avec Google
   Abc-peche.com
   Regisgerard.com
   Carpe.biz
   Carnassiers.biz
   Mouche.biz
   Peche-au-coup.biz
   Truite.biz  
 
En kiosque





 

Il est bien difficile de faire son choix devant un présentoir plein à craquer de poissons nageurs, comportant des dizaines de modèles. De plus, chacun existe en cinq ou six tailles, chacune d’entre elle en huit ou dix coloris...

Carnassier: CHOISIR son poisson nageur Le poisson nageur a tout pour s’imposer comme numéro un des leurres à carnassiers : bon aspect visuel, nombreuses vibrations, grande gamme de modèles... Il est présent dans presque toutes les boîtes à pêche, mais parce qu’il est trop beau et trop cher, beaucoup de pêcheur le sous utilisent souvent par peur de le perdre. Pourtant si l’on choisit le bon modèle au bon endroit, et s’il est employé correctement, le risque est moins important qu’avec d’autres leurres !

Le paramètre le plus important à prendre en compte lors du choix d’un poisson nageur est sa densité. Il existe d’une part les poissons nageurs flottants qui à la moindre interruption d’action, remontent à la surface. D’autre part, on trouve les coulants qui à l’opposé, descendent inévitablement toujours plus proche du fond lors des phases d’arrêt.
Chacune de ces familles regroupe des modèles évoluant à différentes hauteurs d’eau et chacun d’entre eux demande une animation qui lui est propre. Selon leur profondeur de pêche, nous distinguons donc les poissons nageurs de surface, les flottants, les flottants peu ou très plongeants et les coulants.



Les poissons nageurs de surface

C’est sur les postes peu profonds, souvent recouverts d’herbiers ou d’obstacles, que ce type de poisson nageur donne les meilleurs résultats. A aucun moment il ne descend sous la surface de l’eau, c’est le carnassier qui monte le chercher !
En ce qui concerne l’animation, il convient après l’avoir lancé à proximité du poste choisi, de le laisser immobile de 5 à 30 secondes. Passé ce délai, il faut enchaîner de petites tirées sèches à de plus grandes glissades lentes, le tout entrecoupé d’arrêts successifs. A l’aide de la pointe du scion, de petites vibrations sont réalisées sur place. Très souvent, l’attaque intervient lors des pauses. Il faut maîtriser ses réflexes et sensiblement décaler le ferrage.



Les poissons nageurs flottants

Ces poissons nageurs s’avèrent les plus performants sur tous les postes d’une profondeur n’excédant pas 2 mètres. Ils sont parfaitement à l’aise dans les eaux calmes et peu profondes, surtout à la belle saison lorsque bon nombre de carnassiers viennent se nourrir sur des zones où le fond est encombré et où il est impératif de ne pas prospecter trop profondément.

Le poisson nageur est lancé à quelques mètres au-delà du poste choisi. La récupération, canne haute, permet d’enchaîner des tirées successives, entrecoupées d’arrêts. Le but est de faire remonter le poisson nageur proche de la surface. Lors de la reprise de l’action, une tirée le déséquilibre momentanément. L’attaque intervient souvent lors de la remise en mouvement. Pour franchir un obstacle, il convient d’interrompre toute action : le poisson nageur remonte en surface. Il suffit alors de le ramener très lentement.



Les poissons nageurs flottants peu et très plongeants

Cette famille regroupe tous les poissons nageurs flottants conçus pour évoluer à une profondeur maximum comprise entre 2 et 4 mètres. C’est en sablières, canaux, étangs et rivières lentes qu’ils permettent de vastes prospections en l’absence de postes marqués.

La profondeur a laquelle ils évoluent dépend principalement de la vitesse de récupération. Il est ainsi possible de les utiliser dans une faible profondeur d’eau, canne haute, récupération lente. Sur un même lancer, l’enchaînement de tirées de grande amplitude et d’interruptions d’action ainsi qu’une vitesse de récupération variable permettent de pêcher toute la hauteur d’eau, de la surface à la profondeur maximum, spécifique à chaque modèle.



Les poissons nageurs coulants

Les poissons nageurs coulants s’emploient essentiellement dans les eaux profondes pour aller provoquer les carnassiers dans les fosses dépassant les 4 mètres. Mais c’est en lac qu’ils sont irremplaçables car ils peuvent descendre jusqu’à 15, 20 mètres et plus. De part leur densité supérieure à celle de l’eau, en dehors de toute animation ils descendent irrémédiablement vers le fond et rendent ainsi possible d’atteindre de très grandes profondeurs ou distances. On peut parler de plus de 50 mètres pour les bons lanceurs. Ils sont donc extrêmement pratiques pour les pêcheurs du bord.

Lors du premier lancer, la descente du poisson nageur est accompagnée en comptant le nombre de secondes jusqu’à ce que la bannière s’assouplisse, preuve qu’il a atteint le fond. Lors des lancers suivants, il convient de déduire 1 à 2 secondes avant de débuter l’animation. Des tirées de plus ou moins grande amplitude sont enchaînées à de courtes phases de récupération ainsi qu’à des relâchés afin de permettre au poisson nageur de redescendre proche du fond.

De part sa conception, chaque poisson nageur évolue à une certaine profondeur. Mais d’autres paramètres influent également sur sa profondeur de nage. Tout d’abord la taille. Dans un même modèle, plus un poisson nageur est gros, plus il pêche profondément. Mais aussi la distance de pêche, plus elle est grande, plus il descendra lors des tractions. Et pour finir, le diamètre du Nylon utilisé, plus il est fin, plus le poisson nageur ira encore une fois profondément.


Emplacement à louer

© 2002 abc-peche.com | Droits réservés | Contact Fr | Mentions légales
Un site du groupe WWW.REGISGERARD.COM